LA PROSTATE

Les deux principales maladies de la prostate sont l'adénome, ou hypertrophie bénigne de la prostate, et le cancer.

Hypertrophie

L'hypertrophie bénigne de la prostate touche 80 % des hommes âgés entre 50 et 60 ans. En gênant l'ouverture du col vésical elle empêche la vessie de se vider complètement, ce qui peut être la cause d'infections urinaires. Cette hypertrophie est directement liée à la quantité Déhydrotestostérone (DHT) en circulation. La Déhydrotestostérone est un dérivé de la testostérone et est produit par l'activité d'un enzyme appelé 5 alpha réductase. Plus que la quantité de testostérone, c'est un niveau élevé de 5 alpha réductase qui est donc initialement responsable de problèmes comme l'acné, la pilosité excessive, la calvitie et l'hypertrophie de la prostate. Si, par conséquent, on peut prévenir la conversion de la testostérone en DHT en bloquant l'action de la 5 alpha réductase, on peut généralement éradiquer ces problèmes.

Il a été prouvé que les extraits de baies d'un petit palmier appelé Palmier Scie (Sabal Palmeto), longtemps utilisées par les indiens d'Amérique pour traiter les problèmes d'ordre génital, ont le pouvoir d'interférer très sensiblement avec la 5 alpha réductase, prévenant ainsi la conversion de testostérone en DHT. L'extrait de Palmier Scie possède également une activité anti-œstrogène qui pourrait contribuer à ses effets bénéfiques sur les personnes atteintes d'adénome.

L'huile de pépin de courge, riche en phytostérols, est aussi un facteur d'équilibre du système uro-génital chez l'homme. Elle inhibe également l'action de la 5 alpha réductase, freinant ainsi la croissance du tissu prostatique et diminuant l'inflammation de la glande. Elle est aujourd'hui régulièrement prescrite en Europe dans le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate.

Cancer

Le cancer de la prostate est la deuxième cause de décès par cancer dans la population masculine. C'est une maladie très fréquente, atteignant presque un homme sur deux à partir de 80 ans. L'alimentation, la prédisposition génétique et l'usage du tabac sont considérés comme les facteurs de risque les plus importants. Or, des études cliniques ont montré que cette forme de cancer est moins fréquente dans les populations consommant de grandes quantités de tomates. Cela est dû à un agent particulier, le lycopène, faisant partie de la vaste famille des caroténoïdes. Le lycopène est responsable de la pigmentation rouge de la tomate et d'autres fruits ; il est synthétisé par les plantes et les micro-organismes mais pas par les animaux. C'est aussi l'un des principaux caroténoïdes trouvés dans le plasma humain. Son action anti-oxydante est deux fois plus importante que celle du béta-carotène.

Le lycopène se concentre dans les tissus prostatiques où son taux, parmi les caroténoïdes présents, est le plus élevé. Des études cliniques répétées ont montré que la proportion de lycopène dans le plasma sanguin est inversement proportionnelle au risque de développer un cancer de la prostate. Il a également été montré que lorsque le cancer est déjà déclaré, le lycopène en réduit notablement l'agressivité.

Pour commander :

Produits de la famille prostate