Les pouvoirs de l'harpagophytum.

Pourquoi prendre de l'harpagophytum ?

L'harpagophytum est une plante sud africaine dont les fleurs sont comme pourvues de “griffes”. Elles viennent se ficher dans les sabots du bétail qui se met dès lors à danser une danse endiablée (d’où son appellation de « griffes du diable ») pour s’en débarasser, participant ainsi à la bonne dissémination de la plante.
L'harpagophytum est traditionnellement utilisée par les populations africaines comme plante anti-rhumatismale. Un Allemand, témoin d'une guérison miraculeuse en Namibie, qui trouva d'où provenait la plante et fit envoyer des échantillons en Allemagne. Son action a été confirmée dès les années 1970 de façon scientifique par un médecin allemand, le docteur Koch, qui a mené une étude (1) sur un groupe de 110 malades souffrant de polyarthrite. Il a donné à ses patients pendant 3 mois de l'harpagophytum à doses importantes. Résultats : chez 80% des malades, les symptômes douloureux étaient complètement supprimés et les malades avaient retrouvé une mobilité normale.
Depuis 1989, l’usage de l’harpagophytum est reconnu par la « Commission E » (voir lien interne Commission E, ci-dessous) dans le traitement des troubles musculo-squelettiques dégénératifs. Les résultats de plusieurs essais cliniques, avec ou sans groupe placebo, indiquent que l’harpagophytum peut améliorer la mobilité et soulager sensiblement la douleur.
Menées sur un grand nombre de patients, ces études ont prouvé l'efficacité de l'Harpagophytum dans le soulagement des manifestations articulaires douloureuses, d'origine rhumatismale (arthrose) ou traumatique (tendinites, foulures).
Plus récemment, une étude comparative a recensé de 1996 à 2006 pas moins de 14 essais cliniques montrant l’efficacité de l’harpagophytum dans l’ostéoarthrite (2) et son absence d’effets secondaires .
L'harpagophytum est donc utilisé chaque fois qu'il est nécessaire de lutter contre un état douloureux, inflammatoire et/ou spasmodique. – L’harpagophytum est plus particulièrement destiné à la sphère ostéo-articulaire ; il est réputé soigner l’arthrite sous toutes ses formes (sauf la polyarthrite rhumatoîde) et, surtout, l'arthrose à tous les niveaux (colonne vertébrale cervicale, dorsale ou lombaire, hanche, genou.
Il est également efficace sur des douleurs plus chroniques ou installées depuis longtemps, comme les lumbagos, névralgies, sciatiques, la tendinite , la capsulite , la bursite , la synovite ou l’entorse, main)… Comme il est réputé avoir aussi une action dépurative et détoxifiante, il contribuerait à la réduction de l'acide urique, impliqué dans les crises de goutte.
Il est aussi utilisé par les sportifs afin de récupérer plus vite après l’effort.

En savoir plus sur les harpagosides

Si c’est sa fleur qui lui donne son nom, les pouvoirs de l’harpagophytum lui viennent en fait de ses racines qui contiennent de nombreux composants et en particulier des glucosides monoterpiniques amers iridoïdes du type aucuboside : l'harpagoside, l'harpagide et le procumbide. Ces composés ont la propriété d'inhiber la formation d'une enzyme qui participe au processus inflammatoire : la prostaglandine-synthétase.
L’harpagophytum est riche en bêta-sitostérols (sitostérine, stigmastérine). Ces phytostérols pourraient renforcer l'action anti-inflammatoire de l'harpagoside.
L'harpagophytum regorge de nombreux autres principes actifs comme des flavonoïdes (kaempférol, lutéoline) aux vertus anti-oxydantes. L’harpagophytum contient enfin des phénols (acides chlorogénique et acide cinnamique). L'acide chlorogénique, responsable de la saveur amère de la plante, a par ailleurs des propriétés diurétiques. Quant à l'acide cinnamique, on lui reconnaît des vertus analgésiques.
Si l’harpagoside reste le principe actif , c’est à dire le constituant majoritaire extrait de l’Harpagophytum Procumbens, tous ces constituants agissent vraisemblablement en synergie, confèrent à la plante ses propriétés anti-inflammatoires et antirhumatismales. D’où l’intérêt de prendre la plante entière en traitement, et non juste de l’harpagoside !

Références

(1) Eichler O, Koch C. Uber die antiphlogistische, analgetische und spasmolytische Wirksamkeit von Harpagosid, Einem Glykosid aus der Wurzel von Harpagophytum procumbens DC. Arzneimittelforschung. 1970 Jan;20(1):107–109.
(2) Brien S, Lewith GT, McGregor G. « Devil's Claw (Harpagophytum procumbens) as a treatment for osteoarthritis: a review of efficacy and safety »
Pour commander :
Harpagophytum