Comment vieillissons-nous ?

Vieilliesse et sénescence

Chacun le sait, le vieillissement se manifeste ordinairement par la perte progressive des différentes fonctions physiologiques et par la baisse de résistance aux maladies. Tout ce qui va dans le sens d'une meilleure santé générale participe donc au "bien vieillir". Contrairement à une idée reçue, en effet, la maladie n'est nullement une fatalité. De ce point de vue, tous les produits de notre catalogue peuvent jouer un rôle spécifique pour vous permettre de "Vivre mieux, plus longtemps".
Les sciences biologiques et médicales ont montré, par ailleurs, que notre potentiel de longévité est génétiquement de 120 ans. On mesure, devant ce chiffre, les progrès qui pourraient être réalisés dans la gestion de notre santé ! Quoiqu'il en soit, à quoi correspond le processus de vieillissement et comment l'anticiper ? Trois théories complémentaires sont aujourd'hui les plus communément admises.

L'horloge biologique

Une culture cellulaire ne se survit pas indéfiniment. A chaque duplication d'ADN, le télomère, qui est un appendice situé à l'extrémité du chromosome, se raccourcit. Lorsqu'il atteint une longueur critique, la cellule cesse de se diviser et meurt. Il semble donc que la capacité de régénération de nos cellules soit "programmée" pour ne pas se perpétuer indéfiniment. De ce coté, il n'y a pas de solution qui puisse être apportée aujourd'hui.

Le stress oxydatif

La deuxième théorie du vieillissement s'appuie sur le fait que tous les êtres vivants doivent se protéger de l'oxygène dont ils ont pourtant un besoin crucial pour vivre... ! En effet, le processus par lequel les mitochondries (qui sont en quelque sorte les centrales énergétiques de nos cellules) se servent de l'oxygène entraine la formation de radicaux libres, les superoxydes. Ces derniers sont des molécules extrêmement réactives qui détruisent les molécules proches en les oxydant. Ils altèrent donc inexorablement le code génétique des mitochondries elles-mêmes, qui finissent par produire de moins en moins d'énergie et de plus en plus de radicaux libres. Ainsi, les superoxydes n'initient pas le vieillissement, mais en accentuent le processus. Il est possible d'y pallier par l'utilisation conjointe de vitamines, de minéraux, d'acides aminés et d'autres nutriments spécifiques.

Affaiblissement du système immunitaire

Enfin, les transformations affectant le système immunitaire pourraient être responsables de l'apparition de maladies chroniques. Celui-ci ne semble plus toujours capable, au-delà d'un certain temps, de discriminer exactement ses propres protéines de protéines étrangères. D'où l'apparition d'autoanticorps, qui rendent les personnes les produisant bien plus sujettes aux cancers et maladies cardio-vasculaires. Le vieillissement immunitaire est étroitement lié, par ailleurs, au vieillissement des glandes endocrines, dont la fonction est de fabriquer les hormones. Parmi ces dernières la déhydroépiandrostérone (DHEA), considérée aujourd'hui comme la "mère" des autres hormones, joue un rôle prépondérant. La baisse du taux de DHEA au cours de l'existence est d'ailleurs vue comme l'un des marqueurs du vieillissement. En revanche, l'optimisation de ce taux peut aider, entre autres bienfaits, à empêcher les transformations du système immunitaire.
Pour commander :
Produits de la famille antivieillissement